Récentes réflexions

Des soins à la maison

15 novembre 2017

Les participants ont bien aimé prendre part aux projets pilotes : 100 % des patients atteints de MPOC ont affirmé qu’ils le recommanderaient à d’autres personnes. De plus, 86 % des professionnels de la santé se sont dits satisfaits de leur capacité à fournir des soins.

Mais surtout, le recours aux services de santé a diminué de manière spectaculaire. Par exemple, les patients atteints d’insuffisance cardiaque dans les projets pilotes des deux autorités sanitaires ont nécessité 76 % moins de soins qu’un patient moyen souffrant de la même maladie.

Cela s’avère très prometteur au chapitre des économies. Mais l’essentiel, c’est que les télésoins à domicile gardent les patients en meilleure santé, et plus heureux. Qu’est-ce qui contribue à cette amélioration marquée en santé? En fait, trois facteurs : les télésoins à domicile encouragent la participation, renforcent les liens avec l’équipe soignante et permettent d’effectuer des interventions plus tôt.

taking_care_home-fr-fig1
Cliquez pour agrandir

Des patients qui participent davantage

La technologie est au cœur des télésoins à domicile. Toutefois, c’est la manière dont les patients interagissent avec celle-ci et avec leur équipe de fournisseurs de soins qui détermine le succès des télésoins à domicile.

« Il s’agit vraiment d’un partenariat entre le patient et le praticien afin de suivre et d’accélérer le rétablissement », déclare le Dr Kendall Ho, de la UBC, qui codirige un nouveau projet pilote de télésoins à domicile à Vancouver.

Pour les équipes de la Interior Health Authority et de la Vancouver Island Health Authority, il était essentiel que l’interface de production de rapports que les patients utilisent chaque jour soit conviviale et positive. Avec l’aide de patients partenaires, elles ont retravaillé à maintes reprises le questionnaire sur la santé et les conseils afin qu’ils soient encourageants et utiles. Ce partenariat entre les patients et les fournisseurs de soins s’est avéré très payant.

« Les questions du protocole encouragent un patient à suivre son plan d’action et à se demander comment il se sent chaque jour, affirme Lisa Saffarek, de la Vancouver Island Health Authority. Elles l’incitent à gérer sa maladie de façon proactive. »

D’autres projets pilotes ont suivi ceux qui ont été menés au départ par la Vancouver Island Health Authority et la Interior Health Authority.

Les conseils quotidiens intégrés au questionnaire favorisent aussi l’amélioration des autosoins. « De nombreux patients atteints de MPOC et leurs aidants à domicile ne savaient pas que les poussées de la maladie causent des lésions aux poumons à long terme, mentionne Anne Aram, directrice de projet au sein de l’équipe chargée de la gestion des maladies chroniques du Fonds d’investissement-santé pour les territoires du Yukon. Cette information les motive à faire tout en leur pouvoir pour éviter une poussée. »

Les podomètres se sont aussi avérés essentiels pour faire participer les patients à leur rétablissement en stimulant les niveaux d’activité quotidienne. Lori, infirmière en C.-B., a constaté cette motivation chez un voisin âgé.

« Quand nous sommes revenus de l’hôpital, il avait l’air d’avoir déjà un pied dans la tombe », raconte-t-elle.

Mais jour après jour, elle le voyait marcher. Lentement d’abord, puis plus vigoureusement. Elle lui a finalement demandé pourquoi son état s’améliorait si rapidement. Il lui a dit qu’il participait à un programme de télésoins à domicile et que son nouveau podomètre le motivait à marcher un peu plus loin chaque jour.

Grâce à ces connaissances acquises auprès des patients, chaque programme de télésoins à domicile de la C.-B. à l’intention de patients atteints d’une maladie chronique inclut désormais l’utilisation d’un podomètre.

Des liens plus solides avec les équipes de soins

Tant les patients que les équipes de soins constatent des liens plus étroits entre eux en raison de leur interaction quotidienne dans le cadre du programme de télésoins à domicile.

1 2 3