Récentes réflexions

Le personnel infirmier : incontournable moteur de l’innovation

10 mai 2016

Diane Bouchard
Directrice générale,
Solutions et services cliniques
TELUS Santé

Qui n’a pas côtoyé un professionnel des soins infirmiers à un moment ou un autre de sa vie? Chaque jour, ce ne sont pas moins de 383 0001 professionnels des soins infirmiers qui s’affairent à prodiguer soins et conseils à des milliers de patients aux quatre coins du pays, formant ainsi près de 50 % du personnel soignant du réseau de la santé2. Ces professionnels sont des intervenants de premier plan qui se démarquent par leur empathie, leur disponibilité et leur soutien indéfectibles et ce, depuis des centaines d’années.

Au Canada, on a vu la profession infirmière se développer dès le début du 17e siècle3. Oeuvrant d’abord au sein d’ordres religieux, les infirmières soignaient les gens à domicile tout en travaillant à développer un réseau d’hôpitaux à travers le pays. Elles ont été des piliers de la lutte contre des épidémies majeures, ont joué des rôles clés dans les grandes guerres qui ont marqué notre histoire mais surtout, ont été des intervenantes de première ligne depuis les tout débuts de leur profession.

Aux premières loges des mouvements technologiques

Les membres du personnel infirmier sont souvent les premiers à adopter les innovations en milieu médical : nouveaux traitements et protocoles, technologies d’investigation sophistiquées, saisie électronique des données cliniques et modes d’interventions cliniques jumelant multidisciplinarité et réalités clients toujours plus complexes sont partie intégrante de leur quotidien déjà bien rempli.

Face aux multiples innovations technologiques, le personnel infirmier est aussi aux premières loges de l’implantation de nouvelles solutions visant à améliorer l’efficacité de la prestation des soins. Parmi les avancées les plus porteuses, on pense entre autres à la virtualisation des interventions auprès des clientèles vulnérables via la surveillance à distance, qui instaure une tout autre façon d’interagir avec le patient et ses proches en première ligne. Également, avec la croissance des cliniques de première ligne et l’importance accrue pour les patients d’avoir un médecin de famille et d’accéder aux soins dans leur communauté d’abord, l’organisation du travail des équipes de soins évolue et des tâches, comme les prises de mesures et signes vitaux, qui auraient auparavant été réservées aux médecins peuvent maintenant être gérées par les infirmières, grâce entre autre aux dossiers médicaux électroniques, optimisant ainsi le temps que le médecin passe avec le patient.

Le personnel infirmier contribue de bien des façons à améliorer la santé des individus au sein des collectivités. Instigateurs de changements qui favorisent la santé dans nos sociétés, le personnel infirmier a toujours joué un rôle primordial en matière de prévention des maladies et de promotion de la santé. Avec l’avènement des super cliniques et l’informatisation,  leur rôle gagne en importance au niveau de la gestion de l’information sur les patients et de l’optimisation de la performance des cliniques. Leur collaboration avec les médecins s’intensifie et la portée de leur pratique s’étend.

De la même façon, le personnel infirmier joue un rôle fondamental dans les milieux de soins aigus où on assiste à la numérisation des liens entre les instruments de mesure, les systèmes diagnostics et le dossier clinique informatisé.

Au cœur des changements opérationnels

Au-delà des outils qui sont mis à leur disposition, la profession elle-même a drastiquement changé au cours des dernières années. D’une part, les infirmières ont affaire à des patients mieux renseignés et conscientisés que jamais aux saines habitudes de vie. D’autre part, ces patients vivent aussi des situations de détresse de plus en plus sérieuses : vieillissement, solitude, pathologies concurrentes et multiples, pauvreté, épuisement des aidants naturels… On constate d’ailleurs la croissance de l’effectif du personnel infirmier en soins de première ligne a augmenté de 8 % au Québec seulement de 2008 à 2014, témoignant du travail essentiel de ces professionnels4.

1 2