Récentes réflexions

Nouvelle génération d’aînés : leviers pour un Canada en santé

26 mai 2016

Helene Chartier
Vice-présidente, Mise en marché, stratégie et mise en œuvre
TELUS Santé
Richard Osborn
Vice-président
TELUS Capital de risque

À l’instar de nombreux octogénaires, la mobilité de la Dre June Fisher l’empêchait de se rendre au marché et d’effectuer d’autres activités quotidiennes que les adultes dans la fleur de l’âge tiennent pour acquises. À la retraite, Mme Fisher dirige le groupe de consultation des aînés d’Aging2.0, un fond de capital de risque basé à San Francisco dont les investissements visent à améliorer la qualité de vie des gens âgés partout dans le monde. Participant au défi tenu par le Stanford Center on Longevity sur le thème de la mobilité, Mme Fisher a souhaité s’impliquer directement avec les étudiants : « Inventez avec moi, pas pour moi ! » À la fois une marchette et un panier à provisions, l’ambulateur urbain mis au point a remporté les honneurs lors de la compétition internationale. Il permet aux personnes éprouvant un problème de mobilité de se déplacer, de faire les boutiques et de rentrer chez eux sans aide.

Voilà un bel exemple de l’importance d’une approche axée sur les besoins spécifiques de nos aînés, plutôt que sur l’implantation de technologies existantes qui ne répondent pas nécessairement à leurs besoins spécifiques. Et ses besoins sont multiples : les défis de la mobilité ne sont qu’un obstacle parmi tous ceux que doivent surmonter les personnes gagnant en âge. La démence, la maladie d’Alzheimer et les affections chroniques figurent en tête de liste des problèmes créant une pression sur nos aînés, sur leurs proches ainsi que sur notre système de soins de santé. Et comme l’âge moyen de la population canadienne continue d’augmenter rapidement, la pression poursuivra inévitablement sa montée dans les années à venir.

Cliquez ici pour poursuivre votre lecture