Récentes réflexions

Portails pour patients et DSPs : Quelle est la différence?

25 avril 2018

Les DSP offerts par les hôpitaux ou les administrations publiques ont le plus souvent une portée plus générale. Les patients peuvent consulter l’information sur leur santé, accéder à des recommandations sur le mieux-être et la santé publique, et faire le suivi des progrès par rapport aux objectifs de santé et de conditionnement physique. D’ordre général, l’éducation et la prévention sont les principaux axes de ces DSP.

Pourquoi sommes-nous en présence d’un cloisonnement entre les portails et les DSP?

SD : Dans un monde idéal, les patients auraient accès à une plateforme hautement fonctionnelle intégrant les portails et les DSP. Mais dans bien des cas au Canada, ces deux produits sont distincts.

Raisons? La meilleure analogie qui me vienne à l’esprit, c’est celle du monde financier. Un portail, c’est comme les services bancaires en ligne, une fenêtre sur mes renseignements financiers auprès d’une banque précise. La banque contrôle ces renseignements. Je peux consulter et exporter ces renseignements, payer des factures et commander des produits. Mais je ne pourrais pas transformer mon solde en 1 million de dollars même si je le voulais!

D’un autre côté, un DSP, c’est comme un outil de gestion de finances personnelles. Je peux ajouter des renseignements financiers provenant de différentes sources dans Quicken, par exemple, y compris les renseignements bancaires de différentes banques avec lesquelles je fais affaire. Je suis la seule personne à avoir accès à cette vue consolidée, à moins d’autoriser l’accès à quelqu’un d’autre, comme mon comptable ou mon conjoint ou ma conjointe.

Puisque les gens ne sont pas tous unanimes à vouloir utiliser Quicken, les deux outils cohabitent.

Y a-t-il un chevauchement?

AD : Le nombre d’outils de gestion participative du patient étant très nombreux de nos jours, il y a certes un chevauchement. Pour le moment, chaque outil trouve son créneau. Mais dans certaines régions du Canada, nous verrons de plus en plus de ces solutions fonctionner de façon intégrée.

Nous prévoyons une évolution de ces outils de gestion participative du patient à l’heure où nous nous employons à améliorer les résultats en santé et à réduire les coûts des systèmes en donnant aux patients les moyens de prendre en main leur santé. Les patients et les fournisseurs trouvent de nouvelles façons de rendre l’information sur la santé plus utile et plus complète. Les prochains mois et les prochaines années nous réservent de nombreux développements dans ce domaine.

Communiquez avec Sue et avec Antoine.

 

 

1 2