Récentes réflexions

Prévenir le cancer

4 février 2016

parlonsante

Ce billet de blogue a été écrit par Richard Béliveau, à titre d’invité, au sujet de la prévention du cancer.

Devenu la première cause de mortalité dans la plupart des pays industrialisés, le cancer représente l’une des plus grandes épreuves à laquelle nous serons un jour ou l’autre confrontés au cours de notre vie. Non seulement le cancer menace notre propre existence, mais il emporte aussi avec lui celles des personnes qui nous sont chères, nous privant de moments précieux passés en compagnie de parents, amis ou collègues qui occupaient une place importante dans notre vie, et dont les souvenirs heureux ne pourront jamais complètement effacer la tristesse laissée par leur départ prématuré. Le cancer est véritablement la « grande faucheuse » du XXIe siècle, une maladie énigmatique et effrayante, dont le potentiel dévastateur sape nos énergies et nous laisse trop souvent démunis, résignés à ce qu’elle soit devenue une conclusion brutale, mais quasi inévitable de la vie.

Ce sentiment d’impuissance n’a cependant pas sa raison d’être : grâce à ce qui représente certainement l’une des découvertes les plus importantes de la recherche médicale des dernières années, on sait maintenant que la majorité des cancers ne sont pas dus à un mauvais jeu du hasard ou à une conséquence inévitable du vieillissement, mais plutôt le résultat de l’énorme influence qu’exercent les habitudes de vie sur le risque d’être touché par cette maladie.  Alors qu’on a longtemps perçu le cancer comme une maladie foudroyante qui apparaît du jour au lendemain, on sait maintenant qu’il s’agit plutôt d’une maladie chronique, qui requiert dans la plupart des cas plusieurs décennies pour parvenir à un stade clinique. Nous sommes tous porteurs de tumeurs immatures, et donc à haut risque de développer un cancer, mais les avancées de la recherche ont clairement démontré qu’il est possible de retarder la progression de ces cellules précancéreuses en adoptant de bonnes habitudes de vie qui vont les empêcher d’accumuler les mutations et d’atteindre un stade mature. L’objectif principal de la prévention du cancer n’est donc pas tellement d’empêcher l’apparition de cellules cancéreuses, mais surtout de retarder suffisamment leur progression pour qu’elles ne puissent atteindre le stade de cancer mature au cours des huit ou neuf décennies d’une vie humaine.

Et cers moyens existent : au cours des dix dernières années, une avalanche d’études fondamentales et populationnelles ont permis de démontrer, hors de tout doute, que la forte incidence de plusieurs cancers qui touchent les pays industrialisés est intimement liée au mode de vie occidental moderne, une conséquence directe des effets majeurs du tabagisme, du surpoids, de la sédentarité et de l’alimentation sur l’apparition et la progression des cellules cancéreuses. Cette forte dépendance du cancer face au mode de vie représente une percée majeure dans la lutte contre cette maladie, car elle signifie que près des trois quarts des cas de cancers qui touchent actuellement la population pourraient être prévenus simplement en modifiant les habitudes quotidiennes, un impact positif qu’aucun traitement ne pourra vraisemblablement jamais égaler étant donné la complexité d’un cancer cliniquement déclaré.

Saisissons cette chance pour changer les probabilités en notre faveur en adoptant de saines habitudes de vie.  Au menu : maintien d’un poids santé, alimentation riche en produits végétaux, réduction de l’apport en viandes rouges et en charcuteries et exercice physique régulier !

 

Richard Béliveau, docteur en biochimie

 


 

À propos de Richard Béliveau

Richard Béliveau, docteur en biochimie, est directeur du laboratoire de Médecine Moléculaire à l’Université du Québec à Montréal, où il est directeur scientifique de la Chaire en Prévention et Traitement du Cancer. Tour à tour professeur de chirurgie et de physiologie à la faculté de médecine de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de Neuro-chirurgie du CHUM et chercheur associé au Centre de Prévention du Cancer du département d’oncologie de l’Université McGill, il est membre du Groupe de Thérapie Expérimentale du Cancer de l’Hôpital général juif de Montréal, professeur titulaire de biochimie à l’UQAM et membre de la Coalition priorité cancer au Québec. Il est fondateur de l’entreprise Angiochem qui développe des nouvelles thérapies pour les maladies du cerveau. Auteur de plus de 250 publications dans des revues médicales à l’échelle internationale, il est auteur de 6 best-sellers : Les Aliments contre le cancer, Cuisiner avec les aliments contre le cancer, La Santé par le plaisir de bien manger La Mort, Samouraïs et Prévenir le cancer, ils ont été traduits en 28 langues dans 37 pays. Il a écrit plus de 470 chroniques de recherche médicale pour le Journal de Montréal.  Il est lauréat du grand prix public du Salon du livre de Montréal, de la Personnalité de l’année du magazine L’Actualité et Personnalité du Québec du magazine Au Québec. Il a été nommé Ancien Émérite du collège de Trois-Rivières, de l’Université du Québec à Montréal  et de l’Université Laval. Finalement, il est professeur émérite de biochimie.

À propos de ParlonSanté

ParlonSanté se donne comme mission de rendre les découvertes scientifiques récentes accessibles aux entreprises ainsi qu’à leurs employés et à leurs clients par le biais de conférences axées exclusivement sur la santé. ParlonSanté offre au monde de l’entreprise plusieurs outils pour répondre à leurs objectifs d’amélioration de la santé de leurs employés et clients. Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de ParlonSanté, veuillez consulter le site www.parlonsante.com.