Récentes réflexions

Réussir la réforme des soins de santé de première ligne au Canada

29 juin 2016

John Ronson
directeur national,
Stratégie de santé et relations gouvernementales

TELUS Santé

À l’échelle du pays, on reconnaît de façon générale que le cadre en place pour la prestation des soins de première ligne ne fonctionne pas et que des changements radicaux sont nécessaires pour mieux appuyer les médecins et améliorer l’accessibilité à des soins de qualité pour les Canadiens. En effet, le sondage international du Fonds du Commonwealth mené auprès de médecins de première ligne indique que le Canada demeure sous la moyenne pour 19 des 28 indicateurs de soins présentés, regroupés dans les catégories suivantes : accès aux soins, coordination des soins, adoption des technologies de l’information et mesure du rendement .

L’Ontario est la plus récente province canadienne à proposer une modification aux soins de première ligne et à la façon dont ils sont structurés et régis. Les réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS), les 14 entités régionales qui ont pour tâche de planifier, de financer et d’intégrer les soins de santé locaux en Ontario, assumeront la responsabilité de la prestation de tous les soins de première ligne, de même que la surveillance de tous les spécialistes des soins de première ligne. Le Québec retire la responsabilité des ressources et des soins à ses CLSC (centres locaux de services communautaires) pour la transférer aux GMF (groupes de médecine familiale), dans un effort visant à offrir des soins d’une manière plus équitable et rentable. La Colombie-Britannique a développé un cadre de politique stratégique pour les soins de première ligne et les soins communautaires (un document de politique parmi plusieurs autres sur le sujet) dans le cadre de ses efforts continus déployés pour fournir des soins à la communauté. Et, depuis nombre d’années, l’Alberta favorise l’innovation dans ses politiques sur les soins de première ligne. Elle a été la première province à encourager le recours aux DME, et elle figure au premier rang des provinces dans l’implantation de changements touchant le champ de pratique des pharmaciens, par exemple.

Cliquez ici pour poursuivre votre lecture